Skip to main content

Economie informelle et institutions: Exit, Voice and Loyalty sur le marché du travail russe

Citation

Najman, Boris (2006). Economie informelle et institutions: Exit, Voice and Loyalty sur le marché du travail russe.

Abstract

Durant les dix dernières années la Russie a connu une série de chocs macro-économiques qui sont communs à nombre de pays en transition. Les deux
chocs les plus significatifs ont probablement été la baisse très significative du PIB (-40 % entre 1991 et
1999) et une inflation non négligeable entre 1990 et 1998. Combinés entre eux, ces deux chocs ont conduit à une baisse sensible des salaires réels (Cf. tableau 3). La baisse du salaire réel a affecté les comportements et en particulier l’offre de travail. Cependant les pratiques institutionnelles – plus ou moins efficaces – ont largement influencé la réaction des individus. Pour prendre un exemple, les très faibles indemnités de chômage versées en Russie par les centres pour l’emploi ont découragé les inscriptions au chômage, tout en favorisant le développement d’une
économie informelle (ne versant pas de cotisations salariales). Dans cet article, nous essayons de comprendre l’impact des pratiques institutionnelles sur l’offre de
travail en Russie. Ceci dans un contexte de crise du salariat et de glissement des emplois du secteur public vers le secteur privé (O. Blanchard, 1994), de forte mobilité du travail (T. Boeri, 1998, S.
Commander, 1995 ; Lippoldt, 1999), et d’un secteur informel conséquent (Enste D. and F. Schneider, 2002). Dans nos analyses nous nous référons à l’approche théorique de l’«
Exit-Voice-Loyalty »d’ A. O. Hirschman (1970) afin d’analyser la mobilité et les choix d’activité entre secteur formel 2, informel et pluri-activité. Plus précisément, nous avons concentré not re recherche sur la sor tie et l’entrée dans le secteur formel. Dans notre article, le concept de Loyauté
correspond au respect et à la reconnaissance des institutions (Etat). Le concept de Voice (prise de parole) est interpré té dans notre recherche comme
une forme de négociation que les individus mènent au sein des institutions afin d’améliorer (si possible) les actions et pratiques de ces dernières. Enfin, le concept de « sortie, défection » (Exit) est
un moyen d’échapper et parfois de se protéger des règles et pratiques formelles des institutions. Nous faisons l’hypothèse que les règles et pratiques formelles sont celles de l’Etat (institution et administration publiques) qui forment le cadre légal da
ns lequel les individus décident de leur offre de travail. Nous aurions préféré définir des pratiques au niveau de l’entreprise. Malheureusement, les questions présentes dans notre base de données et relatives aux pratiques institutionnelles portent sur les pratiques de l’Etat. Nous avons cherché à savoir pourquoi les individus se déplacent entre le secteur formel et informel, et pourquoi certains d’entre eux combinent les deux types d’activité. Une possibilité serait que les individus négocient (ou non) parce qu’ils veulent de meilleures conditions de vie et de travail. En cas de détérioration ou d’absence d’amélioration des conditions de vie et de travail, les personnes interrogées se retrouvent devant un choix (pas toujours libre 3) : quitter ou non (Exit) le secteur formel–partiellement 4 ou totalement. Enfin si les personnes qui travaillent dans le secteur formel veulent y rester fidèles ( Loyalty), elles peuvent choisir de ne pas quitter l’emploi salarié par respect, par exemple pour les institutions de leur pays.

Reference Type

Conference Paper

Year Published

2006

Author(s)

Najman, Boris